Loading...
Start a new Travel Blog! Blogabond Home Maps People Photos My Stuff

The Wreck and Point Byron

Byron Bay, Australia


On repart en sens inverse pour retrouver l’autoroute et continuer notre chemin jusqu’à Byron Bay ; cette ville est la « Mecque des surfers » (formule ridicule utilisée par tous les guides touristiques sur le marché). C’est en effet une petite ville grouillante de monde de toutes origines et âges, et qui a la chance de se situer dans la crique nord d’une petite péninsule ce qui laisse supposer que la houle peut venir frapper la cote dans plusieurs directions.

A quelques mètres dans l’eau sur la plage centrale, on voit les extrémités vermoulues de piliers de bois ayant autrefois appartenues à un bateau venu spécialement faire naufrage sur cette plage pour le bonheur des yeux du surfer moderne.

Il faisait un temps magnifique à Yamba dans l’après-midi mais il s’est remis à pleuvoir à notre arrivée à Byron Bay et la mer était chaotique. Alors après avoir écumé les surf shops du coin et n’ayant trouvé que des planches neuves hors de prix, on ira préparer notre lit dans le caravan park de la plage centrale.

La nuit se passe sans encombre, on a même un accès à internet en wifi, on l’utilise assis sous des kiosques entre le bruit de la ville et celui de l’océan.
Le lendemain, c’est décidé, j’irai me baigner coûte que coûte.

Il pleut toujours, le ciel est aussi gris que la mer, l’eau est assez froide, mais peu importe, ca fait 1 mois aujourd'hui que nous sommes en Australie et voilà un anniversaire que l’on se doit d’arroser. Ça n’a pas duré longtemps, les vagues ne sont même pas assez belles pour s’y amuser au bord, le courant est monstrueux et la pluie parait plus froide encore que l’eau dans laquelle je me baignai 10 minutes avant de courir prendre une douche chaude et de retourner zoner dans Byron bay.

Il y a des aborigènes bourrés sur des bancs publics et des européens qui se baladent entre des surfs shops, des boutiques de bijoux qu’on dirait fait de noix de coco, d’une boulangerie française appelée « l’ultime » et autres restaurant italiens.
Les Australiens ?! On les voit dans les pubs, parler fort, tenir des boutiques de souvenirs mais surtout on les voit s’habiller mal. Mais ils sont gentils, souvent aimable a la manière qu’on les anglo-saxons d’être aimable, ils te demandent vraiment « comment ça va ? » a la caisse du supermarché.
Pour être sûr de savoir qui est australien de qui ne l’est pas a Byron Bay et en Australie en général, et ce n’est pas simple parce qu’ils ne sont pas beaucoup alors que les étrangers eux sont en masse, voici quelques tips:
- C’est un australien quand il se retourne dans la rue pour te regarder, pas de manière si discrète qu’elle en est flatteuse mais d’un bon vieux retournement de cou à 180° comme seuls les oiseaux en sont normalement capables. Si on sait ça c’est qu’on se retourne sur eux aussi pour admirer l’absence de style. C’est un inconvénient d’un côté, mais de l’autre c’est aussi une bénédiction dans le sens ou les touristes allemands sont comme chez eux et mes birkenstocks aussi.
- C’est un australien quand dans la rue, sur la plage, au restaurant, ou quand tu essayes de pisser dans un urinoir on te dit « Salut mon pote, ca roule ».
- C’est un australien quand le niveau de décibels émis par une seule bouche te fait changer de trottoir et que la phrase n’est ponctuée que d’insultes.

On va passer notre troisième et dernière nuit a Byron Bay, on a décidé de partir le lendemain pour trouver le soleil sur la Gold Coast. Il a plu sans discontinuer ce soir-là mais on a tout de même pu laisser une fenêtre ouverte toute la soirée. Cherryne est déjà assoupie et je vais me laver les dents au bloc chiotte. Tout d’un coup, la pluie se met à forcir de telle manière que je ne pouvais même plus entendre le son de ma brosse à dents à l’intérieur de ma bouche tant elle frappait fort sur la tôle du toit. Pourtant dans la voiture, Cherryne toujours assoupie n’entend pas cette pluie et alors que j’ai pris mes 3 minutes règlementaires en me disant qu’elle aura fermé la fenêtre, je reviens à la voiture sous une pluie battante, je suis trempé des pieds à la tête alors que je n’ai parcouru que 40m et la moitié de notre matelas est gorgé d’eau.
On s’abrite sous le coffre ouvert pour retourner le matelas, tant bien que mal, et on se couche sur notre éponge. Les vitres sont trempées de buée, le matelas et mes fringues sont dans un état lamentable. Une de nos pires nuits.


permalink written by   on October 14, 2010 from Byron Bay, Australia
from the travel blog: Oz trip year one of two
Send a Compliment


comment on this...
Previous: Crochet vers Yamba Next: The Gold Coast

trip feed
trip kml

   

Blogabond v2.40.58.80 © 2020 Expat Software Consulting Services about : press : rss : privacy
View as Map View as Satellite Imagery View as Map with Satellite Imagery Show/Hide Info Labels Zoom Out Zoom In Zoom Out Zoom In
find city: